Guides d'orientation : tout savoir sur une filière
groupe d'advisors

Témoignages Classes Préparatoires

Il existe 1001 façons de choisir sa filière, mais ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver au milieu de toutes ces informations 🔎, et de savoir si on a fait le bon choix !

Les témoignages de nos Advisors sont là pour t'aider à y voir plus clair 💡.

Si tu veux en savoir plus sur leurs parcours, prends RDV avec eux 🤳 !

13 résultats correspondants :

Victorine, 20 ans

Prépa PACES - Concours médecine

Hello tous le monde ! Petit témoignage de mon expérience en PASS et en Prépa PASS. La PASS est une année difficile où on se retrouve livré à nous même. Il faut savoir se challenger et se remettre en question pour avancer ! Mon année de PASS a été pour moi un défi personnel qui m'a permis à connaitre mes limites, ma méthode d'apprentissage et challenger ma volonté. C'est un concours sur un an, ce qui est à la fois dense et très rapide. En début d'année j'ai beaucoup tatonné concernant ma méthode de travail : carte mentale, réecrire le cours, surligner, apprendre par coeur... puis j'ai fini au bout du deuxième semestre à trouver la méthode qui me convient. Mon premier semestre a été un désastre : 7,5 de moyenne général et puis petit à petit que je comprenais les nouveaux termes médicales et scientifiques accompagnée d'une nouvelle méthode d'apprentissage les notes sont remontées ! Il n'est jamais trop tard pour comprendre et faire décoler ses notes. Lors de ma PASS j'ai également pu être aider par une prépa privée qui évidemment était payante (6000€ à l'année). Ma prépa comptait près de 400 personnes soit 1 tiers de la promo de PASS, ainsi les résultats des concours blancs semblaient assez réalistes. La prépa donne les cours en avance et évite de perdre trop de temps à l'écriture des cours, car les profs ne donnent pas de PDF, c'est à nous de nous débrouiller. Voilà un petit apercu, si tu souhaites plus d'infos n'hésite pas à prendre rendez vous !

Sara, 19 ans

Prépa Concours IEP - Sciences Po

Bonjour, Cette année, j'ai effectué un double cursus en faculté de droit et en classe préparatoire au concours sciencespo. Ce fut une année dure en émotion. Je suis une bosseuse et j'ai choisi cette voix, par ailleurs, je me suis souvent remise en question. En plus de la charge de travail conséquente, la charge mentale est démentielle. Il est nécessaire de se concentrer et de travailler de manière organisée. Néanmoins, il ne faut pas s'oublier. Ainsi, il est essentiel de se retrouver en famille ou encore entre amis. De plus, faire des activités qui nous correspondent permet de s'échapper pendant un instant. J'ai tout donné afin de ne rien regretter.

Thomas, 25 ans

Prépa ECE

Après mon BAC ES, je me suis orienté vers une « petite » classe préparatoire en province. J’avais beaucoup d’apriori sur la quantité de travail et d’exigence. Il est vrai que j’ai beaucoup travaillé mais avec beaucoup d’entraide dans la classe et avec mes professeurs ! N’ayez pas peur de vous lancer dans cette aventure, vous allez apprendre à bien vous organiser en travaillant et bien plus. N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de conseils et simplement si vous avez des questions !

Anaïs, 22 ans

Prépa PACES - Concours médecine

Pendant 2 ans j'étais dans une Prepa médecine. Un choix que je regrette. La Prepa n'est pas là pour te soutenir ou quoi que se soit qu'ils disent lors de ton arrivé, mais elle est là pour l'argent. Tant que l'élève à de quoi payer, ils l'acceptent. Leur réputation n'est pas si difficile à tenir car la plupart des étudiants, qui veulent faire médecine, veulent réussir et ont la détermination pour un objectif accomplie. Pour ma part après 2 ans à faire des années de PASS je me suis rendu compte que la prépa n'était pas si dure que cela. Elle est très pragmatique et ne cesse de te mettre la pression. L'autre option est le tutorat. J'ai beaucoup aimé les cours au tutorat, tout est très claire et très constructive. C'est des élève qui ont réussit merveilleusement la PASS qui te font cours. De ce fait, nous comprenons beaucoup mieux, que quand c'est un prof dans la prépas qui t'explique. En médecine nous n'avons pas le temps de nous attarder sur des détails. Il faut vite comprendre dans la manière la plus simple possible. C'est pour cela que j'ai préféré le tutorat et que je regrette d'avoir perdu 9 000 euros dans des prépas pendant 2 ans.

De Montgolfier, 24 ans

Prépa TB

Toi aussi tu as choisi STL, parce que tu n'avais pas vraiment le niveau pour aller en S et pourtant la biologie c'était ton truc. Fin bref, peu importe, quoiqu'il soit tu as fait le bon choix car derrière la STL aucune porte ne t'es fermée. Si t'es plutôt bon élève en STL et que tu aimes travailler, la prépa c'est fait pour toi. Quoique diront tes profs, si tu sens que passer ta vie en tant que technicien.ne de laboratoire c'est pas ton truc, alors... écoute toi ! Et fais toi confiance ! La prépa c'est pas non plus insurmontable, malgré ce qu'on en dit. Il faut juste un peu s'accrocher et rester motivé jusqu'au bout. Mais une classe prépa pour faire quoi ? Rentrer dans les mêmes grandes écoles que les BCPST ! OUI OUI ! École vétérinaire, École d'agronomie, Polytech... tu peux les avoir en réussissant le concours A-TB (Si tu as besoin de renseignements sur ce concours tu peux aller sur la plateforme du SCAV ou directement me contacter). En prépa tu vas vraiment apprendre pleeeeins de truc et tu auras atteint un tel niveau qu'après ces deux années tout te paraîtra plus simple. Et tu pourras étudier dans pleins de domaines différents (les animaux, l'agriculture, les plantes, l'environnement, la biologie moléculaire, la microbiologie...) Si toutefois tu rates le concours la première fois. PAS D'INQUIÉTUDE ! Tu as le droit de le repasser une deuxième fois. Soit en redoublant la prépa (c'est ce qui s'appelle "cuber" dans le milieu), soit en choisissant de faire une autre année d'étude pour tenter un autre concours de la banque agro-véto qui t'ouvrira les mêmes écoles. Moi j'ai raté mon concours en prépa et j'ai fait un an de DUT (maintenant appelé BUT) pour retenter le concours C2 et j'ai réussi à rentrer à l'ENSAT l'école d'ingénieur agronome à Toulouse.

De Montgolfier, 24 ans

Prépa TB

Toi aussi tu as choisi STL, parce que tu n'avais pas vraiment le niveau pour aller en S et pourtant la biologie c'était ton truc. Fin bref, peu importe, quoiqu'il soit tu as fait le bon choix car derrière la STL aucune porte ne t'es fermée. Si t'es plutôt bon élève en STL et que tu aimes travailler, la prépa c'est fait pour toi. Quoique diront tes profs, si tu sens que passer ta vie en tant que technicien.ne de laboratoire c'est pas ton truc, alors... écoute toi ! Et fais toi confiance ! La prépa c'est pas non plus insurmontable, malgré ce qu'on en dit. Il faut juste un peu s'accrocher et rester motivé jusqu'au bout. Mais une classe prépa pour faire quoi ? Rentrer dans les mêmes grandes écoles que les BCPST ! OUI OUI ! École vétérinaire, École d'agronomie, Polytech... tu peux les avoir en réussissant le concours A-TB (Si tu as besoin de renseignements sur ce concours tu peux aller sur la plateforme du SCAV ou directement me contacter). En prépa tu vas vraiment apprendre pleeeeins de truc et tu auras atteint un tel niveau qu'après ces deux années tout te paraîtra plus simple. Et tu pourras étudier dans pleins de domaines différents (les animaux, l'agriculture, les plantes, l'environnement, la biologie moléculaire, la microbiologie...) Si toutefois tu rates le concours la première fois. PAS D'INQUIÉTUDE ! Tu as le droit de le repasser une deuxième fois. Soit en redoublant la prépa (c'est ce qui s'appelle "cuber" dans le milieu), soit en choisissant de faire une autre année d'étude pour tenter un autre concours de la banque agro-véto qui t'ouvrira les mêmes écoles. Moi j'ai raté mon concours en prépa et j'ai fait un an de DUT (maintenant appelé BUT) pour retenter le concours C2 et j'ai réussi à rentrer à l'ENSAT l'école d'ingénieur agronome à Toulouse.

Aurélie, 23 ans

Prépa PACES - Concours médecine

Le concours PACES n'est pas une situation insurmontable mais elle demande beaucoup beaucoup d'investissement surtout quand vous n'avez pas de facilitées dans la mémorisation et/ou l'apprentissage. C'est un concours qui demande beaucoup d'organisation, de rigueur et d'autonomie dans ses révisions. Si vous n'arrivez pas à vous "brider", en quelque sorte, ou en tout cas à vous donner une ligne directive et à la tenir, cela commence mal pour vous. Heureusement, il existe des prépas en dehors de l'Université qui proposent leur aide pour "superviser" les étudiants dans leurs révisions et leur apporter du soutien. A la faculté de Médecine et Maieutique de l'Université Catholique de Lille, il n'est pas nécessaire de payer une prépa pendant le concours. Car l'école est payante mais aussi parce que la fac met en place un réseau étudiant de 2e et 3e année en médecine, pharma et autre pour accompagner les étudiants en PACES et leur proposer des cours de tutorat dans toutes les matières (appelées "Unités d'Enseignements) enseignées pendant l'année. De même, dès le début vous vous retrouvez avec un parrain ou une marraine qui sera là tout le long de votre année pour vous soutenir et vous aider dans les révisions (ils donnent leurs anciens cours ;)). Enfin, cette faculté propose un environnement de travail vraiment agréable pour ce type de concours comparé à d'autres universités où l'esprit de compétition se fait moins ressentir et où l'entraide entre étudiants est davantage présent.

Anaïs, 25 ans

CPGE Classe préparatoire ATS Biologie

Mon année en classe préparatoire ATS. Que dire dessus ? Plein de chose ! Déjà, je suis arrivée en prépa ATS après trois ans d'étude post-bac. Ceci semble anodin mais en réalité pendant ces deux années de DUT j'ai eu le temps de murir personnellement et de murir mon projet. De ce fait, il m'a été plus facile d’appréhender cette année de prépa vis à vis de la première prépa que j'avais réalisé en post-bac. Toutefois, ça reste une année de prépa ! Il y a du travail et ceux même avant d'intégrer la prépa. Je savais que mon gros point faible était le français. J'ai alors anticiper l'année sur cette matière en suivant l'actualité et en lisant l'été précédent ma rentrée en prépa. Durant l'année, j'ai réalisé les montagnes russes moralement. Il y a eu des périodes de l'année où c'était la motivation et mon rêve de devenir vétérinaire qui primé et d'autre période plus sombre. J'ai eu des moments de doute, des colles qui se sont pas forcément très bien passées, des notes qui ne sont pas plaisirs ... Toutefois, je pense avoir réussi à surmonter ces passage grâce à mon entourage qui m'a soutenue. Et surtout, je n'ai jamais complétement baissé les bras. Le secret de la prépa est de s'accrocher ! Lorsque les doutes s'installent je refaisais systématiquement un point sur mon projet pour me rappeler pourquoi j’étais en prépa. En plus, reprendre son projet c'est doublement bénéfique car cela permet de préparer au mieux l'épreuve d'entretien du concours de la voie C. Au final, si je dois donner un conseil pour l'année de prépa ATS Bio, une fois lancé dans l'année de prépa, il ne faut jamais oublier son objectif, son rêve !

Audrey, 24 ans

Prépa Concours Educateur spécialisé

Cette année j’ai intégré une classe préparatoire sanitaire et social pour me préparer aux concours de moniteur éducateur et d’éducatrice spécialisé. Avec tous les clichés et vision qu’on peut avec sur une année de prépa, je ne m’attendais pas du tout à ça. La prépa dans le milieu du travailleur social et très différent des prépas en commerce ou autres.Premièrement les 6 mois de formation passent à une vitesse folle. Alterner entre les stages (2 fois 4 semaines), les cours théoriques et les oraux qui prennent généralement 1 journée entière, qui nous apportent beaucoup de connaissances en méthodologie de l’écrit et oral et avec les sorties bénévoles sur les territoires qui nous fond acquérir des expériences bénévole. Mais surtout on apprend le vivre ensemble, la dynamique de groupe, cette dynamique qui te donne envie d’aller en centre de formation pour travailler et échanger avec les autres étudiants qui partagent le même centre d’intérêt que toi. On apprend de soi mais aussi des autres grâce à la richesse du groupe ( certaines sortes du bac et d’autres viennent tout droit d’une licence). Les formateurs et intervenants ( éducateurs, chef de service....) qui travaillent toute l’année avec nous sont à l’écoute et toujours disponible, ce sont un peu nos « agents » comme on dit maintenant. Notre petit nombre de 15 étudiants permet à tous d’avoir un accompagnement individuel même en classe entière. Nous sommes quelquefois mélangé avec les santés ( aide-soignant, auxiliaire de puériculture) ce qui nous permet d’avoir un autre point de vu et plus de connaissances dans ce secteur. Personnellement pour avoir tenté les concours l’année dernière, je vois une nette amélioration sur mon aisance à l’oral, comme à l’écrit, ainsi que dans le contenu de mon vocabulaire professionnel que j’utilise. Les stages mon permis de commencer à me construire une identité professionnelle et de me présenter aux oraux avec déjà une expérience du terrain. Si tu as la moindre question concernant le déroulement d’une classe préparatoire n’hésite pas à me contacter.

Aurélie, 23 ans

Psychologie

Ici nous allons évoquer la Licence en Psychologie et je vais essayer de déconstruire l'idée qu'on se fait en France des études de psycho. Effectivement, il est plutôt simple de rentrer dans une formation de Psychologie (Licence) même si je n'ai pas suivi ce processus pour rentrer dans un département de psycho. Les études de psycho sont connues pour être des études "faciles". Déjà la facilité pour certains n'aura pas la même la signification pour d'autres et est à recontextualiser en fonction des autres formations. Oui les classes préparatoires sont plus "difficiles" que les formations en Licence mais les compétences à acquérir ne sont pas les mêmes, par rapport à la psycho en tout cas. Ça sera "facile" si vous avez des facilitées dans la vie, si vous arrivez à vous adaptez à toutes formations et si vous aimez ce que vous voyez. Cela est assez subjectif. Les études de psycho sont connues pour être des études où les étudiants travaillent peu. Oui et non encore une fois. Cela dépend du profil de la personne même si la L1 en psycho est assez accessible pour tout le monde. Le niveau (comme dans toutes formations) monte progressivement et la L3 va vous demander beaucoup d'investissement et de rigueur dans votre travail surtout avec la réalisation d'un mémoire (appelé TER ou autre). Effectivement, vous pouvez passer de niveau en niveau en validant de peu votre année mais cela va proposer problème par la suite dans le cadre des sélections pour les Masters en Psychologie. J'en parlerai dans un autre article. Enfin, j'insiste pour dire qu'il y a des débouchés dans cette filière. Quand je m'étais renseignée concernant cette formation et ses débouchés, on m'avait répondu qu'il y en avait peu voire pas du tout de débouchés alors que cela est faux. Il y a de l'emploi à la clé en tant que Psychologue officiel et après à vous de voir qu'elle approche et spécialité vous voudriez proposer à vous futurs patients. Enfin, La Psychologie ce n'est pas "analyser" les gens et savoir lire dans leur esprit. Les psychologues ne sont pas des êtres mystiques ;) Comme le font les médecins ou les kinés par exemple, les thérapeutes en psychologie propose une prise en charge et une manière d’appréhender le patient différente des autres professions de santé. Oui, on peut dire que c'est une sorte de "thérapeute de l'esprit" même si cette "appellation" est vraiment une partie infime de ce que peut proposer la psychologie. Certains praticiens peuvent proposer une approche psychologique davantage basée sur les neurosciences et d'autres davantage axées sur la psychanalyse ou sur la composante sociale.